Changement de cap

Publié le par Marie-Christine ADAM

 

"D'un bord à l'autre"  Chapitre VIII  Extrait

   Retrouver la confiance en moi, être à l'écoute de ce que je souhaite, reprendre le contrôle de ma vie et avoir des projets, voilà mes objectifs. Mais, avant cela, il me faut retrouver l'envie d'avoir envie.

   Je progresse et je dois maintenant essayer de sortir de mon inactivité, me confronter à nouveau au monde. Je suis consciente que cela ne viendra pas tout seul, sans effort, sans des objectifs à atteindre. J'ai besoin d'un cadre, d'un support auquel me tenir. L'idée d'un tableau d'activités me vient et j'en remplis les cases. Du lundi au dimanche, chaque demi-journée a son but, activité manuelle et créative, physique ou sociale. Je choisis celles qui me motivent (mosaïque, natation, écriture à la médiathèque). Pourtant, chacune nécessite un véritable effort car plus rien n'est naturel. Les séances chez ma psy intègrent le programme à raison de deux demi-journées, compte-tenu du temps de trajet.

   Respecter ce planning s'avère vite mission impossible. J'ai peut-être été trop ambitieuse. Pour ne pas me mettre totalement en échec, je l'adapte en réduisant chaque journée à une activité de trois heures. Si j'en fais plus, ce sera du bonus. Ma récente volonté d'écrire me permet de constater que je suis capable de me concentrer trois ou quatre heures. Progressivement, certaines journées se remplissent à mon rythme.

   Un exercice physique, même léger, me demande beaucoup d'efforts. La fatigue est toujours là et les problèmes d'équilibre également. A la piscine, je parviens à "lâcher" mon corps en nageant tout doucement, en ressentant chaque mouvement, pas crispée. J'aime me mettre sur le dos, les bras et les jambes en étoile, sans couler, avec le corps qui se soulève à la surface quand j'inspire à fond et qui disparaît sous l'eau à l'expiration. Fermer les yeux, sans penser ou en pensant que je suis bien. Je libère aussi mon cou jusque-là malmené et contracté à tenir ma tête hors de l'eau, à l'idée que je pourrais me noyer. J'évolue de mieux en mieux et je parviens à traverser la piscine où je n'ai pas pied, loin des bords auxquels me raccrocher... Le danger est passé !

   http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=50812  

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article