Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand Marguerite nous est contée... Extraits

Publié le par Marie-Christine ADAM

 

« Quand Marguerite est née, personne ne s’attendait à ce qu’elle arrive si vite, sur les chapeaux de roues, un peu en catastrophe. Pourtant ce n’était pas une catastrophe. Sa maman imaginait qu’elle naîtrait sur une île. « Ce sera un garçon » disait-elle. Son papa rêvait qu’elle naîtrait sur les ailes d’un oiseau. « Ce sera une fille » disait-il. Finalement, avec un nom de fleur, Marguerite a ouvert ses yeux de petite fille, au bord d’une île, entre deux bras de mer, à l’autre bout de la terre. »

Ainsi commence l’histoire de Marguerite, très tôt cueillie par les mots. 

« Dans la maison de Marguerite, c’est un vrai capharnaüm. Ce n’est pas que la maison ressemble à un bric à brac d’objets en désordre. Non, c’est plutôt un bric à brac de mots. Des mots qui volent dans tous les sens. Des mots sans queue ni tête, à vous faire perdre la tête. Des mots qui jouent de vilains tours. Des mots tordus avec lesquels tout va de travers. »

Pas simple la vie de cette petite fille. Mais pas simple non plus la vie d’enfant souvent marquée par les mots et les maux des grands. 

« Tous les jours, les mots qui font peur reviennent. Ils sont là, dans un coin de sa tête et de son cœur. Des mots qui n’en font qu’à leur tête. Tous ces mots-là, Marguerite les entend très fort, trop fort, avec tout son corps, comme si son ventre possédait deux grandes oreilles. Le soir ce sont encore les mots qui l’empêchent de s’endormir. Des mots qui viennent derrière ses paupières, avec des images, et se transforment en rêves de cauchemars... Marguerite aimerait pouvoir choisir les mots, ceux qu'elle voudrait entendre, des mots tout doux, des mots doudous, des mots câlins. Mais motus et bouche cousue. De ça non plus Marguerite ne dit rien."

Jusqu’à cette nuit où Marguerite fait un rêve...

« Soudain, au détour d’un chemin, elle tombe nez à truffe avec un loup. Un de ces loups qui, dans certaines histoires, dévorent les grands-mères et les petites filles toutes crues. Passé un moment de frayeur, Marguerite se rend compte que ce loup-là n’est pas de ceux-là… Et il lui raconte qu’il existe quelque part, dans un endroit mystérieux, une petite maison que l’on appelle la Maison des Mots. C’est un endroit où l’on peut parler de tout ce qui ne va pas, sans crainte, où l’on peut dire les mots qu’on a du mal à dire. »

Comme Gentil-Loup lui a dit aussi qu'il faut croire en ses rêves…

« C’est, pour de vrai, dans une maison toute ronde que Marguerite fait connaissance avec la créature qui occupe ce drôle de lieu. Son nom est tout petit, seulement trois lettres P - S - Y, Psy, mais ses oreilles sont très grandes car elle entend ce que les autres n’entendent pas... Et, petit à petit, Marguerite parvient à apprivoiser les mots. »

"Au bout du conte, Marguerite sait que si elle rencontre une petite fille ou un petit garçon qui a très peur de quelque chose, elle saura lui parler, avec ses mots, de la Maison des Mots."
 

 

Partager cet article

Repost0