Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avec les moyens du bord...

Publié le par Marie-Christine ADAM

 

 

Ecrire l’histoire de Marguerite était une chose. Trouver un éditeur, signer un contrat en étaient deux autres. Jusque-là, carton plein. L’aventure continue. C’était sans compter avec les aléas de l’illustration. Et, pour faire court, l’affaire n’est plus dans le sac ! Les quelques ébauches proposées par l’éditeur, après six mois d’attente, et à la date prévue pour sa parution…, me laissent pantoise mais pas sans mots ! Pas facile d’être tributaire de l’imaginaire d’un autre…

 

     Rechercher un illustrateur indépendant est encore possible mais trop onéreux. Et me faudrait-il « payer cher» encore pour faire exister cette petite fille qui avait peur des mots ? Marguerite reste donc en suspens, près de deux ans. Ni relue, ni corrigée mais toujours en filigrane. Entre « Mon secret » et « Droit d’inventaire », entre « Les chatouilles » et « Un amour impossible », entre « Les poétiques du corps » et « Comme si de rien », entre séances, rêves et manifestations de corps, entre des mots et des images,…

 

     Des images et des mots, n’était-ce pas cela aussi un conte ?

 

     Celui de Marguerite serait-il donc voué à rester lettre morte ? Ne pas m’autoriser à la faire exister ? L’oublier ? L’effacer ? comme le reste…, sorte d'enfant intérieure réduite au silence. Ou en prendre soin, lui permettre de s'exprimer ? Mettre des mots, enfant, et bien plus tard, avait été impossible. Dessiner l’avait été également et le restait. Impossible à dire, impossible à représenter. Les traumas étaient passés par là. Aujourd’hui, Marguerite a enfin trouvé les mots mais comment lui donner forme ?

 

     Oser sa capacité créative ? ou ce qu'il en reste… Même logée à bonne enseigne, c’est pas gagné ! Mise à l’épreuve du désir. La possibilité d'illustrer moi-même cette version « re-composée » de mon histoire se dessine pourtant. Métamorphoser les blessures a dit Boris Cyrulnik. Avec cette idée toujours bien présente à mon esprit, favoriser la parole de l’enfant, l’accompagner vers un lieu d’écoute bien avant l’âge qui fut le mien.

    

     Après « D’un bord à l’autre », mon livre témoignage, ce sera donc avec les moyens du bord ! Dessiner, peindre, tant bien que mal, est étonnement possible. Une Marguerite sans visage prend forme. C'est ma première peinture.

 

 

     Une quinzaine de dessins plus tard, c’est pourtant le blocage, l’empêchement, un coup d’arrêt sur image, quand le dessin vous dépasse, à votre insu. Difficile de dessiner ça… Essaie encore !    

 

     Un peu de distance avec crayon et pinceaux s'impose. D'autant qu'il me faut aussi donner un visage à Marguerite, cela me semble impossibile. Et si j’apprenais à utiliser un logiciel de dessin ? J'aime toujours apprendre de nouvelles choses. Je me lance, pas à pas, toujours seule dans l'expérience, et donne corps à Marguerite qui trouve là un visage et une certaine légèreté.

 

     Après quelques semaines de travail, la plupart des illustrations est prête. Plus que quatre. Mais c'est le bug informatique, l'effacement, la perte. Ça frise l'effondrement. Impossible pour Marguerite d'exister. Essaie encore !

 

     Car tout n’est pas perdu, Marguerite n’est pas complètement morte, les dessins sur papier ont échappé à l’effacement. Recommencer, s’accrocher, bricoler un mélange entre peinture et création informatique. Ça va le faire ! Et ça l’a fait !

 

     Bien sûr, Marguerite n’est pas réellement comme j’aurais voulu qu’elle soit, ce serait trop simple mais elle est comme elle est... Elle s'est faite comme ça ! Satisfaction d’être allée jusqu’au bout dans cette nouvelle aventure et dans ce qu'elle a produit, bien au-delà du conte. Avec les moyens du bord, certes, mais surtout d’un nouveau bord..., de ce bord où la vue est plus belle !

 

     A Marguerite maintenant de jouer, comme une grande !  Et rendez-vous fin janvier pour sa parution.   

 

© Marie-Christine ADAM

 

"Mon secret" Livre de Niki de Saint Phalle

"Droit d'inventaire et petits bouts de réel" Texte personnel à lire sur ce blog

"Les chatouilles" Film d'Andrea Bescond et Eric Métayer 

"Un amour impossible" Film de Catherine Corsini

"Les poétiques du corps" Livre de Sylvie Le Poulichet 

"Comme si de rien" Livre de Philippe Réfabert

 

Partager cet article

Repost0